my globe story

Aujourd’hui je reçois Jenny de My Globe Story qui va nous parler de son expérience en tant qu’expatriée. Son parcours est atypique car elle ne s’est pas expatriée dans un seul endroit mais dans quatre pays différents !

 

       1. Présentation 

Je m’appelle Jenny, j’ai bientôt 33 ans. Je suis née dans le sud ouest de la France où j’ai grandi jusqu’à mes 9 ans. Ensuite, nous avons déménagé à Angers avec ma famille, où j’ai fait la quasi intégralité de ma scolarité et études de pharmacie. Je suis pharmacienne industrielle de formation, reconvertie en écrivaine et rédactrice web indépendante, et je parcours désormais le monde en mode multi-expatriation avec mon mari (français aussi) et ma petite chienne adoptée en cours de route.

my globe story

     

    2. Dans quel pays t’es-tu expatrié et pourquoi celui-ci en particulier ? 

Je ne me suis pas expatriée dans un, mais dans plusieurs pays ! Nous sommes d’abord partis au Brésil de 2011 à 2013, un pays m’a vraiment marquée à tous niveaux. Puis Portugal pendant les 2 ans suivants, puis Canada pendant 6 mois, et nous sommes maintenant en Australie depuis fin 2015. Pourquoi ? Un mélange d’envie et d’opportunité à ne pas rater 😉 ! Ça aurait pu être n’importe où dans le monde, en fait.

 

      3. Etait ce une évidence pour toi de quitter la France ou l’as-tu décidé après des années de réflexion ? 

Je crois que depuis toute petite, c’était en effet comme une évidence. J’ai toujours été particulièrement intéressée par les autres cultures, par l’étranger, par la découverte. Je regardais volontiers des reportages sur des ethnies aux 4 coins du monde que des dessins animés (même si je regardais bien sûr des dessins animés aussi!). Aller vivre à l’étranger ou simplement y partir en voyage, ça m’attirait profondément ! Aussi, dès que ça a été possible, je m’y suis lancée.

 

       4. Comment ont réagis tes proches à cette annonce ? 

Surpris ! En fait, je sortais tout juste d’une longue maladie, pendant laquelle il me semblait impossible de m’éloigner trop des miens. Aussi, quand j’ai enfin guéri de ce mal et me suis lancée dans ce projet de vie à l’étranger, on a été surpris autour de moi, tout en ne l’étant pas. Après tout, mes parents avaient bien dû percevoir depuis longtemps cette soif de découverte qui m’animait !

 

 5. Quels fut tes premiers sentiments a ton arrivée en Australie ? 

Comme à toutes mes autres arrivées dans un pays, j’étais euphorique, pressée de tout connaître, mais un peu moins épatée par tout ce qu’il y avait autour de moi, comme s’il y avait une certaine accoutumance au voyage et à la découverte. Disons que si l’Australie avait été le premier pays que je découvrais, j’aurais été bien plus émerveillée, sans aucun doute. Mais tout un tas de choses étant assez similaire à ce que j’avais déjà pu voir dans d’autres pays, je n’ai pas eu autant d’émerveillement, et je crois que plus je vais multiplier les voyages et expatriations, plus ce sentiment va s’accentuer.

 

6. Avec le recul penses-tu avoir pris la bonne décision ? Aurais-tu fais les choses différemment ? 

Absolument aucun regret ! Pour moi, décider de ce qu’on fait de sa vie, c’est déjà une bonne décision en soi. La seule chose que j’aurais faite différemment, ça aurait été de me mettre à parcourir le monde plus tôt.

 

7. Dans cette aventure quel est le moment qui t’as le plus marqué ?

Le jour où on a débarqué au Brésil le 6 février 2011. Je crois que je n’oublierai jamais ces premiers instants, tout ce que je découvrais, mes sentiments.

Jenny au brésil

 

8. Ton pire souvenir, ta pire galère ? 

Le jour où nous avons dû quitter le Brésil. C’est une longue histoire, mais ça a été un choix contraint… Ça a été un véritablement déchirement que d’en partir, comme si on nous arrachait une partie de notre cœur.

 

9. Conseilles-tu l’expatriation ? Des conseils ? 

Adorant cela, je ne peux que recommander l’expatriation ! C’est une expérience encore plus enrichissante que le voyage pur et dur dans le sens où on peut davantage s’imprégner de la culture et ainsi mieux connaître les locaux. En revanche, je tiens juste à souligner que tout n’est pas rose, et que c’est bien d’avoir conscience de cela avant de partir plutôt que d’idéaliser la vie ailleurs, la vie à distance des siens. J’écris d’ailleurs régulièrement sur le sujet, car c’est quelque chose qui pèse parfois, à certains moments de la vie. Il ne faut pas que ça dissuade de partir, et d’ailleurs, même si je souffre parfois de la distance avec ma famille et amis, pour rien au monde je ne changerais de mode de vie. Il vaut mieux juste le savoir afin d’y être préparé(e).

Le témoignage touche à sa fin, j’espère que ça vous donnera envie vous aussi de partir et de vous lancer dans cette magnifique aventure qu’est l’Expatriation !

Jenny au Canada

Vous pouvez suivre leur aventure à travers le monde et leur expérience en tant qu’expatriés sur les réseaux suivants.

  • Facebook : https://www.facebook.com/myglobestory
  • Instagram : https://www.instagram.com/jenny_myglobestory/
  • Twitter : https://twitter.com/myglobestory?lang=f

NB: Toutes les photos sont la propriété de Jenny.

Written by 

3 thoughts on “Expatriation dans plusieurs pays”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *