image a la une

A cette époque où nous avons les moyens de pouvoir voyager a travers le monde aisément, on remarque de plus en plus que la tendance est de visiter le plus de pays possible en très peu de temps. De battre des records comme s il y avait quelque chose à gagner ou si l’on voulait figurer dans le « guiness book ». J’ai récemment entendu une histoire d’une jeune femme qui aurait visité 180 pays en 15 mois. Loin de moi l’idée de juger car tout le monde a sa propre manière de voyager, toutefois je n’en vois pas l’intérêt. Rester 3 jours dans un pays ce n’est pas ce que j’appelle visiter. C’est pour cela qu’aujourd’hui je vais vous parler du « Slow Travel ».

 

Qu’es ce que le Slow Travel ?

C’est une manière de voyager beaucoup plus lente, de prendre son temps afin de mieux voir les choses. C’est assez simple, c’est le mouvement opposé que la société nous impose où il faut toujours aller plus vite. C’est un long voyage de plusieurs semaines voir de plusieurs mois dédié a un seul pays ou l’on peut se permettre de prendre son temps, de se perdre, de voir les choses différemment et de favoriser les rencontres.

« L’art de voyager en prenant son temps »

Pour moi il s’agit plus d’une philosophie de vie que d’un voyage car à défaut de visiter une destination, il s’agit plutôt de la vivre.

Lever de soleil

 

Pourquoi ?

En plus d’être une philosophie c’est également un mode de vie ; je ne dis pas qu’il correspond à tout le monde car chaque personne est différente en voyage et personne n’a les même envies. Je dis simplement qu’il s’agit de mon monde de vie. Cette voie c’est ouverte après avoir fait mon PVT (programme vacance travail). A chacun de mes voyages je regrettais de ne pas avoir assez de temps. Après avoir découvert ce programme, je sais maintenant que je ne pourrais plus revenir en arrière ! Cette sensation de ne pas savoir ce que sera fait demain, de n’avoir aucun plan et se laisser pousser par le vent au fil des envies et des rencontres est tout simplement envoutante. C’est synonyme de liberté.

«  La meilleure façon de voyager est de se perdre »

 

La perception du Slow Travel

Comme toujours il y a deux points de vue. Cet esprit de liberté peut être vu comme du vagabondage car il n’est pas conforme à la société. Le fait de ne pas avoir de travail stable, une maison avec la clôture blanche et le labrador (oui je sais je ressors le bon vieux cliché mais tellement vrai !) font de nous des personnes non responsables. Et bien c’est faux ! Je suis heureuse de ne pas suivre le moule conditionné du « métro-boulot-dodo », on n’est plus dans les années 20, c’est nous qui choisissons notre chemin et le plus important c’est qu’il nous rende heureux !

Le coté positif de ce que nous apporte cette méthode de voyager est immense. Car on est ouvert d’esprit (cela vaut pour tout type de voyageurs), c’est une expérience unique dans une vie et c’est dans ce cas là qu’on apprendra beaucoup plus de chose sur la vie, sur le monde et sur nous-mêmes.

« Le voyage est la meilleure thérapie au monde »

on the road libertad

 

Les bienfaits du Slow Travel

On comprend mieux comprendre le pays qui nous entoure : on a le temps de découvrir l’endroit en profondeur, de discuter avec les locaux afin d’avoir leur avis et la perception de leur propre pays. On a le temps de flâner dans les petites ruelles et découvrir des lieux atypiques que l’on n’aurait pas eu le loisir de découvrir en quelques jours vu que la priorité est de voir les lieux touristiques. Cela nous permet de sortir des sentiers battus et de découvrir l’âme de l’endroit où l’on se trouve. Vous savez cette odeur, cette musique qui vous fait pensez direct à un lieu ? je parle de cette sensation là où on l’impression d’y avoir passé tellement de temps que l’on pourrait se sentir comme chez nous.

« Prendre le temps de regarder et de vraiment voir la beauté du lieux »

On devient plus avenant : le fait de rester longtemps dans un même endroit permet de créer des liens solides, de rencontrer une personne qui va vous changer votre vision du monde et de se faire agréablement surprendre.

On développe une conscience écologique : au fil de notre voyage on comprend qu’il faut voyager de manière plus responsable afin de préserver l’environnement. On va plutôt privilégier des transports plus écologiques (ou plutôt moins polluant), éviter de prendre l’avion a tout bout de champs vu que dans tout les cas on n’est pas pressé. On évolue comme un local afin de préserver la planète et je pense surtout que l’on se rend compte de la bêtise humaine.

On se rend compte de notre liberté : comme je le disais plus haut le fait de ne pas avoir de plan, de ne pas savoir ce que l’on fera le lendemain, de se faire surprendre, de voir des lieux magnifiques que l’on aurait jamais découvert en quelques jours de visite nous procure une liberté que l’on aurait jamais eu en restant chez nous. Personnellement c’est ce qui reste le plus dur à digérer quand on rentre de voyage ; mais ca c’est une autre histoire !

On devient plus indépendant : Quand on voyage sur du long terme il faut savoir gérer son budget mais également faire face aux imprévus, aux urgences. On est tout seul face à ce dilemme et je pense que cela nous change et nous permet de grandir.

Niveau budget c’est plus rentable : On dépense moins lors d’un long voyage car on doit gérer son budget sur le long terme. Lors d’un court séjour on se fait plaisir, on sait que l’on ne reste pas longtemps du coup on dépense plus. Bien entendu sur du long séjour on se fait également plaisir mais on fait plus attention. De plus dans plusieurs programmes comme le PVT on peut travailler dans le pays ce qui nous permet de mettre de l’argent de coté afin de continuer le voyage.

Getting lost Lever de soleil

Tous voyageurs à sa propre manière de voyager et le slow travel est celui qui me convient le mieux, c’est pour cela que je ne veux pas faire de tour du monde en 1 an car je serais trop frustrée ! Je le ferais mais petit à petit ! Le Slow Travel est devenue mon mode de vie.

«  Le voyageur voit ce qu’il voit, le touriste voit ce qu’il est venu voir » – Gilbert Keith Chesterton

Long way from home

Et vous, comment voyagez vous ?

ENJOY !

Written by 

8 thoughts on “Le Slow Travel comme mode de vie”

  1. Je ne connaissais pas du tout le Slow Travel et je trouve ça super intéressant. Ca ne me correspondrait pas (bien trop organisée) mais je trouve ça hyper original et certainement plus enrichissant que des séjours express !

    1. Merci pour ton commentaire ! C’est des enrichissements et des expériences différentes 😉 Après tu n’as pas besoin d’être organisé car justement le but est de ne rien planifier ! La seule chose à gérer est son budget. 😉

  2. Superbe article ! J’en ai un sur le sujet en attente de publication, je trouve que c’est une belle philosophie de voyage. A condition bien sur de le faire pour soi et non parce que c’est à la mode (j’en ai bien l’impression !)

    1. Merci pour ton commentaire, hâte de voir ton point de vue ! Et encore la mode est plus de faire un tour du monde rapidement que sur le long termes ^^ Je pense que ceux qui font du slow travel ce n’est pas pour la mode. 😉

  3. Je n’en suis pas encore au slow travel mais je tends de plus en plus vers ce mode. Pas tout le temps ceci dit. Certains de mes voyages sont un peu chronométrés, d’autres sont au contraire très peu planifiés de manière à garder une bonne part de liberté, mais pas totale, j’en suis pour l’instant incapable.
    En tout cas ça donne envie, et on sent le bien que ça te fait depuis que tu l’as découvert. 🙂

    1. C’est normal c’est toujours plus rassurant de savoir quand tu rentres ^^ Le coté négatif du slow travel c’est que maintenant quand je ne pars que quelques jours j’ai du mal car je n’ai pas assez de temps ^^
      En tout cas quand tu essayes soit tu adoptes totalement soit ce n’est pas pour toi 😉

  4. « Le fait de ne pas avoir de travail stable, une maison avec la clôture blanche et le labrador (oui je sais je ressors le bon vieux cliché mais tellement vrai !) font de nous des personnes non responsables. Et bien c’est faux ! » ahh merci ! Des fois c’est difficile à assumer… alors ça fait du bien de lire ce genre de choses 🙂
    J’avais entendu parler du terme « slow travel » mais je ne voyais pas bien ce que c’était. Je l’ai peut-être fait inconsciemment en vivant dans plusieurs pays différents 😉 Je pense que je serais du genre à alterner entre longs voyages où je prends mon temps, et petites escapades de quelques jours où le programme est plus condensé. Mais ce qui est sûr, c’est que je déteste toutes les « bucket list » où on coche un maximum de pays pour montrer à tout le monde qu’on est trop des aventuriers… J’ai passé un long week-end à Oslo, et un autre long week-end à Copenhague, ce n’est pas pour autant que je connais tout de la Norvège ou du Danemark ! Ce qui m’attriste ce sont les modes. J’ai toujours adoré voyager mais maintenant c’est tellement « THE » truc à faire pour être comme tout le monde… Pour moi l’important c’est de faire les choses pour soi et pas pour Instagram 🙂
    Oulala désolée pour ce pavé, et merci pour ton article !

    1. C’est vrai que beaucoup de personne ne comprennent pas ce besoin de voyager et nous juge mais on le fait pour nous pas pour eux donc j’en suis venue à les ignorer car expliquer les choses ne servent à rien.
      Je ne comprends pas non plus cette mode d’en voir plus en un minimum de temps car au final on ne voit rien !
      Après je ne sais pas si on peut vraiment appeler le voyage une mode car beaucoup de personne ont encore peur de se lancer ^^ En tout cas ravie que mon article t’ai plus ! =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *